Rechercher
  • Tournons La Page, TLP-Congo

Vulgarisation du rapport sur l'étude des Constitutions en République du Congo :

La coalition Tournons La Page (TLP-Congo) fait le bilan à mi-parcours.


C’est par un ultime atelier de sensibilisation que Tournons La Page Congo a clôturé la première phase du projet: « Participation citoyenne pour l'amélioration de la Constitution en vue d'une alternance démocratique au Congo Brazzaville en 2021 ». Une quarantaine de participants a pris part aux travaux qui se sont déroulés le mardi 29 septembre 2020 au siège de la Commission Justice et Paix, au Centre Polio Foucks/Matendé à Pointe Noire. Animé par Brice Mackosso, Coordonnateur national de TLP-Congo et Alain Louganana, chargé des programmes TLP Congo au sein de la Commission Justice et Paix de Pointe Noire, cet atelier est revenu sur les notions de constitutionnalisme, d’ alternance démocratique et d’ engagement citoyen en vue de sensibiliser les participants sur les risques de crises institutionnelles auxquels une mauvaise Constitution expose le pays.

Brice Mackosso, Coordonnateur national de TLP-Congo

Dans cet ordre d’idées, Brice Mackosso, Coordonnateur national de TLP-Congo insistera sur la nécessité d’une alternance démocratique au Congo Brazzaville en 2021. Il pointera du doigt l’un des fléaux qui minent le développement du pays à savoir la mal gouvernance. Selon lui, le Congo regorge de richesses immenses dont l’exploitation génère des revenus importants mais qui ne profite qu’à une minorité corrompue passée maîtresse dans l’art du détournement et des placements dans des paradis fiscaux en toute impunité pendant que les populations laborieuses croupissent sous le poids de la pauvreté, manquant d’eau potable, d’électricité et d’emplois pour les jeunes. Les systèmes de l’éducation et de la santé sont moribonds, et beaucoup de projets dans ces deux secteurs ne produisent pas encore les résultats escomptés, selon les rapports du suivi budgétaire de 2020 rendus publics par Publiez Ce Que Vous Payez-Congo (pour la santé) et la Commission Episcopale Justice et Paix (pour l’éducation). La publication des bénéfices issus des revenus pétroliers par les compagnies et le gouvernement ne s’est donc pas accompagnée d’une bonne utilisation au profit des populations. Bien au contraire, le pays après avoir enregistré une embellie financière, marquée par des budgets excédentaires (de 2000 à 2014) et créant de ce fait, un fonds pour les générations futures), s’est tout de même ensuite, lourdement endetté auprès des traders, des puissances occidentales et surtout de la Chine. Il est clair, selon Brice Mackosso, que le pouvoir actuel a révélé toutes ses limites, et la nécessité d’une alternance démocratique s’impose sans détours.

La tenue de cet atelier a aussi été pour les organisateurs, l’occasion de faire le bilan à mi-parcours de toutes les activités menées dans le cadre de cette campagne.

Alain Louganana, chargé programmes TLP Congo

Alain Louganana, chargé des programmes TLP Congo au sein de la Commission Justice et Paix de Pointe Noire, a rappelé que le rapport sur l’étude des Constitutions en république du Congo a été rédigé dans la période allant d’avril à mai 2020 et rendu public le 2 juillet de la même année au moyen d’un communiqué de presse. Du 2 juillet au 30 septembre 2020, 26 ateliers ont été organisés à Brazzaville (13) et à Pointe Noire (13). Au total, 982 personnes ont été sensibilisées soit 448 à Pointe Noire et 534 à Brazzaville pour un taux de 46,4% alors que la sensibilisation était préalablement prévue pour toucher 2000 personnes. Au regard de ces données, Alain Louganana, pense que le bilan de la campagne à mi-parcours est mitigé. Raisons évoquées : la crise sanitaire mondiale et sans précédent liée à la pandémie du Coronavirus, Covi-19. « Au moment de la conception du projet, explique-t-il, cette situation n’avait pas été prise en compte. Sa survenance a obligé les responsables de TLP-Congo à revoir les stratégies de mise en œuvre du projet ; ce qui signifie que les mesures de riposte mises en place par le gouvernement de la République du Congo pour lutter contre la Covid-19 ont été prises en compte. Selon ces mesures, les rassemblements de plus de 50 personnes étant interdits, des ateliers initialement prévus pour 100 personnes ont été organisés sur la base de 40 participantes et participants. Ce qui a réduit conséquemment le nombre de personnes ciblées au départ pour la sensibilisation et qui était de 2000». Toujours selon Alain Louganana, d’autres activités ont été organisées pour soutenir et compléter les ateliers de vulgarisation du rapport sur l’étude des Constitutions en République du Congo. Il s’agit notamment de 6 vidéos réalisées par TLP sur les différentes Constitutions du Congo depuis 1960 jusqu’à nos jours. Des flyers sur la notion de constitutionnalisme et sur chacune des Constitutions que la République du Congo a connues afin de les rendre plus accessibles au grand public pour davantage de sensibilisation ont été produits. Des émissions radiophoniques ont également été réalisées et diffusées en langues française et Kituba sur les ondes de Radio Maria de Pointe Noire.

Participant(e)s de l'atelier TLP

Et se prononçant sur les attentes de Tournons La Page par rapport à cette campagne de vulgarisation du rapport sur l’étude des Constitutions en République du Congo, Alain Louganana pense que les personnes qui ont été sensibilisées devraient à leur tour en sensibiliser d’autres qui n’ont pas eu l’opportunité de prendre part aux différents ateliers, dans leurs milieux de vie et autour d’elles. « Notre volonté est de sensibiliser davantage et d’arriver à créer une citoyenneté active pour que les citoyens soient des gens qui puissent influer sur le processus électoral et s’imposer comme une alternative du changement, comme des gens capables d’impulser le sens de la redevabilité chez les gouvernants » ajoutera-t-il. Par ailleurs, il émet le vœu « que les demandes de TLP puissent aboutir. Alain Louganana précisera aussi que les ateliers d’information, de sensibilisation et de vulgarisation du rapport sur l’étude des Constitutions en République du Congo ont ciblé aussi bien les journalistes que des acteurs politiques afin de réaliser un plaidoyer constitutionnel ou législatif de sorte que ceux qui aspirent à gérer le Pays puissent intégrer dans leur projet de société une recommandation pour le retour à deux mandats de 5ans pour le Président de la République ; ce qui favorisera l’alternance démocratique au Congo.

Photo de famille participant(e)s de l'atelier TLP

Ce projet, dont la première partie a pris fin le mardi 29 septembre 2020, entrera dès le mois d’octobre, avec l’accord des partenaires, dans sa deuxième phase. Une deuxième phase avec autant, sinon beaucoup plus d’activités de sensibilisation que la précédente. Dans cette optique, les ateliers se poursuivront et s’étendront à d’autres localités comme Sibiti pour le département de la Lékoumou, Dolisie pour le département du Niari et Madingou pour le département de la Bouenza. En ce qui concerne les groupes cibles, les élus locaux seront pris en compte et encouragés à remonter jusqu’ à la Représentation Nationale, quelques recommandations du rapport sur l’étude des Constitutions afin que celles-ci soient inscrites dans le débat public au Congo. Sur le plan de la communication, la sensibilisation par les médias sera accentuée et concrétisée par un accord de partenariat avec Ziana TV, une télévision en ligne tenue par la diaspora congolaise basée en France, afin que toutes les activités menées dans le cadre de ce projet soient relayées et diffusées abondamment. Un groupe de blogueurs-activistes sera aussi mis en place pour relayer et divulguer toutes les informations relatives à cette campagne.

Photo de famille participant(e)s de l'atelier TLP

Pour rappel : le rapport sur l´étude des Constitutions en République du Congo est une activité s´inscrivant dans la réalisation du projet « Participation Citoyenne à l´amélioration de de la Constitution pour une alternance démocratique en 2021 au Congo – Brazzaville » piloté par la Commission Justice et Paix (pour le compte de TLP-Congo) et soutenu financièrement par le National Institute for Democracy (NDI).

18 vues
nous contacter
nous joindre

BP: 659 Pointe-noire

Tél.: +242 05 557 90 81

office@cjusticepaix-pnr.org

COMMISSION JUSTICE ET PAIX ARCHIDIOCESE DE POINTE-NOIRE

© 2018 PAR CDJP. PROPULSE PAR WIX.COM