Rechercher
  • CJP-Pointe Noire

Information et sensibilisation des communautés paroissiales sur le respect du droit à la vie:

Mis à jour : 2 nov. 2018

La Commission Justice et Paix (CDJP) de Pointe Noire était le samedi 27 octobre 2018 à Jésus Bon Pasteur de Vindoulou.



Communauté chrétienne de Jésus Bon Pasteur



La Paroisse Jésus Bon Pasteur de Vindoulou a accueilli ce samedi 27 octobre 2018 une délégation de la Commission Diocésaine de Pointe-Noire conduite par sa chargée de projets, Flore Prisca Macaillat pour informer sur les questions de respect du droit à la vie.

A l’initiative du curé de cette Paroisse du quatrième arrondissement de Pointe Noire, le père Fulbert Malanda Ngouedi, une communication sur le projet « Justice, Etat de droit et Droits de l’Homme » visant à encourager la lutte contre les violences policières dans la ville de Pointe Noire a été présentée à la communauté chrétienne par Alain Didié Cyriaque Louganana, Responsable de la recherche et Assistant juridique adjoint à la Commission Justice et Paix.


Père Fulbert Malanda Ngouedi, curé de Jésus Bon Pasteur

Le projet « Justice, Etat de droit et Droits de l’Homme » répond à un contexte précis, dira l’orateur, à savoir la répression des manifestations d’octobre 2015 contre le changement de la Constitution et la situation sécuritaire très critique marquée par des enlèvements, des disparitions, des exécutions sommaires, des gardes à vues hors délais, des détentions abusives et arbitraires. Dans ce cadre, la Commission Diocésaine Justice et Paix de Pointe de Pointe Noire s’est assigné la tâche de mener des enquêtes sur le terrain pour que toute la vérité jaillisse quant aux cas qui lui ont été signalés dans les nombreuses plaintes qui lui sont parvenues par le biais des parents des victimes.



Alain Didié Cyriaque Louganana, Responsable de la recherche et Assistant juridique adjoint à la CDJP

Les résultats obtenus par la CDJP grâce à cette démarche dépassent l’entendement : les investigations révèlent ainsi, pour les violences d’octobre 2015: neuf (09) cas documentés par la CDJP et révélant que toutes les personnes tuées, l’ont été par balles ; la CDJP dispose d’ailleurs, pour ces 9 cas, qui font actuellement l’objet d’une procédure administrative, des pièces à conviction. Quant aux violences commises au jour le jour, onze cas ont été documentés par la CDJP dont cinq (05) font également l’objet des procédures, expliquera Alain Didié Cyriaque Louganana, Responsable de la recherche et Assistant juridique adjoint à la Commission Justice et Paix. Il évoquera également un autre cas non moins macabre qui a retenu l’attention de la CDJP: l’exécution sommaire de neuf (09) personnes le samedi 18 août 2018 dans le 1er Arrondissement de Pointe Noire par la Police dans les environs du marché communément appelé « Marché de la Frontière » selon les informations recueillies par la CDJP. Il exprimera le regret que la CDJP n’ait pu pousser ses investigations plus loin dans ce dernier cas, faute de témoignages des parents des victimes qui craignent des représailles de la police ou de la gendarmerie.



Porter les différentes affaires d'atteinte au droit à la vie devant les juridictions compétentes, décourager à tout jamais les actes de barbaries, d’ où qu’ils viennent et contribuer à mettre fin à l’impunité de leurs auteurs.

Pour atteindre les objectifs que s’est fixés le projet « Justice, Etat de droit et Droits de l’Homme » qui sont entre autre : porter ces différentes affaires devant les juridictions compétentes, décourager à tout jamais les actes de barbaries, d’ où qu’ils viennent et contribuer à mettre fin à l’impunité de leurs auteurs, la CDJP a initié la constitution du Groupe d’Action contre l’Impunité (GAI) dont le décret de création a été signé par Monseigneur Miguel Angel Olaverri, Président de la Commission Justice et Paix et évêque diocésain de Pointe Noire. Le communicateur précisera que le Groupe d’Action contre l’Impunité est une équipe de onze avocats relevant du Barreau de Pointe Noire et qui travaille bénévolement pour que justice soit enfin rendu aux victimes ou à leurs ayants droit.


« L’Homme est la route de l’Eglise »





« L’Homme est la route de l’Eglise ». C’est par cette déclaration de Jean-Paul II qu’Alain Didié Cyriaque Louganana a conclu son propos, en appelant tous les fidèles à sensibiliser davantage sur le respect du droit à la vie, à en identifier les atteintes puis à remonter les informations jusqu’à la Commission Diocésaine Justice et Paix de Pointe Noire.

Il faut noter que cette mobilisation des chrétiens et chrétiennes de la paroisse Jésus Bon Pasteur de Vindoulou est un témoignage de leur foi, dans une société où le peuple de Dieu doit rester sel de la terre et lumière du monde. L’Eglise étant experte en humanité (comme l’avait affirmé le Pape Paul VI), toute situation dans laquelle se trouve impliquée la personne humaine doit l’intéresser et la préoccuper. Le Père Fulbert Malanda Ngouedi, Curé de la Paroisse Jésus Bon Pasteur s’est employé à réitérer le même appel à un moment où le peuple de Dieu s’apprête à entrer dans le temps de l’Avent, temps d’attente et de préparation pour accueillir le Messie, celui qui donne la vie en abondance.

8 vues
nous contacter
nous joindre

BP: 659 Pointe-noire

Tél.: +242 05 557 90 81

office@cjusticepaix-pnr.org

COMMISSION JUSTICE ET PAIX ARCHIDIOCESE DE POINTE-NOIRE

© 2018 PAR CDJP. PROPULSE PAR WIX.COM