Rechercher
  • CJP-Pointe Noire

Session de rentrée pastorale des ouvriers apostoliques du Diocèse de Pointe Noire :

La Commission Diocésaine Justice et Paix (CDJP) communique sur le thème « Lutte contre les violences policières dans la ville de Pointe Noire.»


Les ouvriers apostolites

C’est au deuxième jour des travaux de la session de rentrée pastorale des ouvriers apostoliques réunis du 23 au 25 Octobre en la paroisse Christ-Roi, autour de Monseigneur Miguel Angel Olaverri, l’évêque diocésain de Pointe Noire, que la Commission Justice et Paix a présenté une communication sur son projet « Justice, Etat de droit et Droits de l’Homme ». Un projet dont l’un des axes de travail porte sur la lutte contre les violences policières dans la ville de Pointe Noire.

Lutter contre les violences policières dans la ville de Pointe Noire et promouvoir le respect du Droit à la Vie.

Au cours de sa présentation, Alain Didié Cyriaque Louganana, Responsable de la recherche et Assistant juridique adjoint à la Commission Justice et Paix, expliquera que ledit projet obéit à un contexte bien précis à savoir : La répression des manifestations d’octobre 2015 contre le changement de la Constitution et la situation sécuritaire très critique marquée par des enlèvements, des disparitions, des exécutions sommaires, des gardes à vues hors délais, des détentions abusives et arbitraires.


Alain Didié Cyriaque Louganana, Responsable de la recherche et Assistant juridique adjoint à la Commission Justice et Paix

Plusieurs plaintes étant parvenues jusqu’au bureau de la CJP, celle-ci a alors entrepris de mener des enquêtes sur le terrain afin que toute la lumière soit faite sur les cas qui lui ont été signalés. Les résultats en sont, selon Alain Didié Cyriaque Louganana, troublants et interpellent la conscience de tout humain. Ainsi, pour les violences d’octobre 2015: Neuf (09) cas ont pu être documentés par la CDJP et révèlent que toutes les personnes tuées, l’ont été par balles ; La CDJP dispose d’ailleurs, pour ces 9 cas, qui font actuellement l’objet d’une procédure administrative, des pièces à conviction. Quant aux violences commises au jour le jour, onze cas ont été documentés par la CDJP dont cinq (05) font également l’objet des procédures. Un autre cas non moins macabre a retenu l’attention de la CDJP, notamment celui de l’exécution sommaire de neuf (09) personnes le samedi 18 août 2018 dans le 1er Arrondissement de Pointe Noire par la Police. La scène se passe dans les environs du marché communément appelé « Marché de la Frontière » selon les informations recueillies par la CDJP qui malheureusement n’a pu pousser ses investigations plus loin, faute de témoignages des parents des victimes par peur de représailles de la police ou de la gendarmerie.

Pour mener à bien et de façon professionnelle son objectif qui est de porter ces différentes affaires devant les juridictions compétentes et de décourager à tout jamais les actes de barbaries, d’ où qu’ils viennent et de mettre fin à l’impunité de leurs auteurs, la Commission Justice et Paix, sous l’autorité de son président et évêque du Diocèse de Pointe Noire, Monseigneur Miguel Angel Olaverri, a créé le Groupe d’Action contre l’Impunité (GAI). Une équipe de onze avocats relevant du Barreau de Pointe Noire et qui travaille bénévolement pour que justice soit enfin rendue aux victimes ou à leurs ayants-droit.

Afin que son message atteigne le plus grand nombre possible de chrétiennes et de chrétiens voire de toutes personnes de bonne volonté dans le diocèse de Pointe Noire et au-delà, la CDJP sollicite le concours des comités paroissiaux soutenus par leurs curés et vicaires par les religieuses et les religieux pour qu’ils s’impliquent davantage dans leurs paroisses dans la sensibilisation sur le respect absolu du droit à la vie et dans l’identification des cas de violences commis dans leurs quartiers pour les faire remonter jusqu’à la CDJP .





A la fin de la présentation, quelques ouvriers apostoliques ont pris la parole pour encourager la CDJP à aller plus loin dans son travail de lutte contre les atteintes aux droits humains et plus particulièrement au droit à la vie en ne se focalisant pas seulement sur les cas des violences commises par les forces de l’ordre qui sont certes graves et répréhensibles, mais aussi et surtout en se penchant sur celui des jeunes délinquants appelés « américains », « arabes » voire « bébés noirs. »


Encourager la création et l'existence des Comités Justice et Paix dans toutes les Paroisses du diocèse de Pointe Noire.


Mgr. Miguel Angel Olaverri, évêque diocésain de Pointe Noire

Prenant à son tour la parole, Monseigneur Olaverri insistera sur l’importance d’avoir dans chaque paroisse une Commission Justice et Paix : « La structure paroissiale est non seulement bien placée pour donner des informations sur ce qui se passe dans nos quartiers de ville, mais aussi pour trouver un équilibre qui contribue à l’établissement de la justice. Il y a quelques années, certaines Commissions Justice et Paix paroissiales existaient et travaillaient bien en collaboration avec les commissariats de chaque arrondissement et de chaque quartier surtout pour faire le pont avec les familles et pour éviter aussi parfois qu’on envoie directement à la maison d’arrêt, des gens qu’on pouvait libérer dans les 48 heures. »


Il faut noter que la CDJP projette pour tout le temps de l’Avent une série d’activités pour informer, sensibiliser et communiquer sur la nécessité de travailler pour la sauvegarde du Droit à la Vie.

6 vues
nous contacter
nous joindre

BP: 659 Pointe-noire

Tél.: +242 05 557 90 81

office@cjusticepaix-pnr.org

COMMISSION JUSTICE ET PAIX ARCHIDIOCESE DE POINTE-NOIRE

© 2018 PAR CDJP. PROPULSE PAR WIX.COM