Rechercher
  • CJP-Pointe Noire

Étude des constitutions de la République du Congo:

Mis à jour : juil. 5

Tournons La Page Congo présente aux professionnels des médias son rapport.


"Les médias et le constitutionnalisme", tel est le thème sous lequel Tournons La page-Congo a présenté son rapport sur l’étude des Constitutions du Congo aux professionnels de l’information et de la communication lors d’un atelier organisé dans la matinée du 2 juillet 2020 et qui a réuni une vingtaine de journalistes de la presse publique et privée (presse écrite, chaînes de télévision et de radio) locale au siège de la Commission Diocésaine Justice et Paix à Pointe Noire. Objectifs de la rencontre: la mobilisation des participants pour le retour à deux, du nombre de mandats présidentiels, la pérennité et la consolidation des institutions; la présentation du rapport sur l´étude des Constitutions de la République du Congo en mettant en lumière les causes et les conséquences de leurs changements intempestifs et l´exhortation des professionnels des médias à diffuser le présent rapport dans leurs organes respectifs.

Les animateurs de l´atelier Brice Mackosso & Alain Louganana

Au total, deux communications ont meublé l´atelier. La première qui portait sur le constitutionnalisme a été présentée par Brice Mackosso, Coordonnateur de Tournons La Page (TLP) - Congo. Brice Mackosso défini le constitutionnalisme “ comme la croyance en ou l’adhésion au principe de gouvernance constitutionnelle. C’est la confiance en la capacité de la Constitution à garder un gouvernement dans le droit chemin“. Il a renchérit en expliquant que le constitutionnalisme implique quelque chose de plus profond que le simple fait de posséder une Constitution ou la simple idée de légalité. L’intervenant a relevé que le constitutionnalisme implique que la Constitution du pays remplisse des critères ou caractéristiques spécifiques à savoir: la souveraineté populaire; la séparation des pouvoirs ou des fonctions; un gouvernement responsable et redevable; l’Etat de droit; l’indépendance du pouvoir judiciaire; le respect des droits (individuels) humains; le contrôle civil de l’armée; une police régie par la loi et le contrôle judiciaire; alternance (limitation du pouvoir) et changement constitutionnel.

Alain Louganana, Chargé des Programmes TLP-Congo

Alain Didié Cyriaque Louganana, Chargé des Programmes TLP-Congo à la Commission Diocésaine Justice et Paix de Pointe Noire, éxposera quant à lui sur la structure du rapport sur l´étude des Constitutions de la République du Congo. Un rapport en huit chapitres qui met en évidence les nombreuses péripéties auxquelles a été soumise la Loi Fondamentale en 60 ans d’indépendance de la République du Congo.

L´orateur expliquera que depuis 1960, le Congo a connu huit Constitutions et autant d’Actes fondamentaux (régissant les périodes de transition) soit un total de seize textes dont chacun a une durée de vie moyenne de 3 ans et 6 mois. Une situation qui crée une grande instabilité au niveau des institutions qui disparaissent chaque fois qu’est abrogée la Constitution qui les prévoit.“ Ces changements, très souvent opportunistes, ont uniquement pour but de porter leurs auteurs au pouvoir, à les y maintenir et à empêcher toute alternance démocratique véritable dans le pays, conclura Alain Didié Cyriaque Louganana.

Brice Mackosso, Coordonnateur TLP-Congo

À la suite de la présentation de la structure du Rapport sur l´étude des Constitutions du Congo, Brice Mackosso, Coordonnateur de TLP-Congo, reviendra sur les importantes recommandations dudit rapport pour assurer la consolidations et la pérennité des Institutions démocratiques au Congo. Ainsi, le Gouvernement, le Parlement et à la classe politique sont appelés à prendre des mesures consensuelles sur la mise en place d’une Commission sur la réforme constitutionnelle, réorganiser la Cour constitutionnelle et moraliser la vie politique. Les associations et organisations de la société civile, les professionnels de l’information et de la communication, la Force Publique, les magistrats et autres acteurs de la justice et la population ont eux-aussi été exhortés à prendre une part active dans la consolidation des Institutions du Congo. La communauté internationale et particulièrement les partenaires au développement sont appelés à soutenir les efforts de réforme constitutionnelle du Congo dans le but de renforcer l’alternance démocratique, la paix et la stabilité des institutions par des appuis techniques et financiers.

Participant(e)s à l´atelier.

Enfin, des échanges portant sur la nécessité de renouveler la classe politique par une alternance véritable; la sécurité des journalistes engagés sur les questions citoyennes, notamment celles relatives à la mobilisation citoyenne ou la construction d'une citoyenneté active; la redevabilité des dirigeants; l'ingérance française dans la politique intérieure du Congo; la question de l'adaptation de la démocratie aux réalités africaines sinon congolaises et l’engagement de l'Eglise dans la réalisation de l'alternance démocratique en république du Congo.

Photo de famille des participant(e)s à l´atelier

A noter que l´organisation de cet atelier

s´inscrit dans le cadre du projet Participation Citoyenne pour le respect de la Constitution pour une alternance démocratique en 2021 au Congo - Brazzaville. Un projet porté par Tournons La Page (TLP) - Congo et soutenu financièrement par le National Institute for Democracy (NDI)


Télécharger la version pdf du rapport ci-dessous


Rapport_sur_les_constitutions_finalisé
Download • 1.19MB

40 vues
nous contacter
nous joindre

BP: 659 Pointe-noire

Tél.: +242 05 557 90 81

office@cjusticepaix-pnr.org

COMMISSION JUSTICE ET PAIX ARCHIDIOCESE DE POINTE-NOIRE

© 2018 PAR CDJP. PROPULSE PAR WIX.COM